• Mode

    ModeTu seras magnifyque, ma chérie !

    Récit des coulisses de la mode et du pouvoir dans les appartements de la Marquise de Montespan, par les plus coquettes et élégantes chroniqueuses mode de la rédaction.

    Le jeudi 20 Décembre 1674, nous avons entendu dire qu’un défilé de mode était donné dans les appartements de Françoise-Athénaïs de Rochechourt de Montemart, Marquise de Montespan, appelée également Mademoiselle de Tonnay-Charente. La curiosité était trop forte, impossible d’y résister. Pour y rentrer aucune invitation n'était nécessaire, nous en sommes restées bouche bée car nous pensions devoir jouer de stratégie et nous faufiler entre les personnes connues pour y assister. Il fallut tout de même jouer des coudes pour entrer car il y avait affluence, toutes les dames étant impatientes de trouver leur bonheur.

    La scène n'était pourtant pas idyllique pour tout le monde, certains essayages ressemblaient davantage à une séance de questions. Le Grand Inquisiteur était une couturière impitoyable. Ni le poids imposant des costumes, ni les corsets empêchant de respirer, ni les souliers trop étroits comprimant atrocement les pieds, ni les aiguilles transperçant la chair tendre des demoiselles, ne la faisait s'émouvoir. « Il faut souffrir pour être belle ! », serinait-elle, à chaque cri poussé. Certaines abandonnèrent le combat et retirèrent ces étriers douloureux pour se masser les pieds. Mais la plupart suivait notre hôtesse dans ses moindres mouvements, à l'affût de ses conseils pour être vêtue de la meilleure manière pour le prochain bal.

    La tenue choisie par la marquise était un grand habit digne des plus grandes cours, sa coiffure était assortie et rehaussée d’une pluie de diamants offerts par le Roi. De nombreuses dames importantes étaient là : Françoise-Marie de Bourbon, la duchesse de Chartres était en grande conversation avec Jeanne Françoise Aglaé d'Andlau, comtesse de Châlons à propos d’une robe qu’elles auraient voulu porter toutes les deux. Mais nous remarquons que Mme d'Andlau a placé sa mouche sur son menton, elle veut se montrer discrète...ne serait-elle déjà plus dans les petits papiers du Roi. Nul ne le sait, mais le Roi n’est jamais à court de prétendantes : Lydie de Rochefort-Théobon, Comtesse de Beuvron, demoiselle d’honneur de la Reine semble bien décidée à voler la vedette à Mme de Montespan dont les mauvaises langues disent qu’elle est à nouveau grosse. Enfin, la discrète Françoise d'Aubigné, Marquise de Maintenon a elle aussi toutes les chances de s’attirer les faveurs du Roi à ce bal avec la tenue exquise qu’elle envisage de porter. Notre Souverain aura donc fort à faire pour satisfaire toutes ces dames qui cherchent tant à lui plaire.

    Pour vous donner les derniers conseils mode, nous nous sommes adressées à l’unique et inimitable créatrice de tenues de soirée : Christina de La Cour, avec elle « vous pouvez être tranquilles, mes chéries, aucun fashion faux-pas n’est possible ! » Dans l’intérêt des lectrices du Messager, elle a gentiment accepté de se prêter à une petite interview.

    Le Messager : Quelle est la pièce-phare de cette collection ?

    Christina de La Cour : D'abord, il y a la robe manteau ouverte sur le devant. Elle se porte avec des manches resserrées à mi-bras par un ruban noué et fermé au poignet par des manchettes de dentelle. Cette robe se porte en toute occasion, notamment pour ce bal.

    LM : Quelles sont les couleurs tendances ?

    CdLC : Ma chérie ! Cet hiver, le rouge, le doré et le bleu marine, c'est top tendance !

    LM : Parlez-nous de la jupe, que faut-il faire pour être « sublyme » au bal ?

    CdLC : La jupe, Oulalalala ! Elle doit s'assortir avec le corsage suivant la matière, la couleur et autres motifs. Elle se double de plusieurs jupons pour qu’elle soit bien bouffante. Il faut que je rajoute une chose, mes chéries, à propos des bas. Ce n’est pas parce qu’on ne les voit pas qu’il faut les négliger. Ils sont toujours de couleur rouge, bleu, vert clair ou du moins d’une couleur claire. Sinon c’est la catastrophe !

    LM : Quel est l'accessoire qu’il faut porter pour mettre en valeur sa tenue ?

    CdLC : C’est l'éventail, bien sûr. On ne peut pas aller à la cour sans un éventail, c’est la touche glamour. Vous pouvez ajouter une jolie étole dorée pour l’élégance. Enfin, cet hiver, les chapeaux à fourrure ou à plumes sont indispensables à toute sortie en extérieur.

    LM : Une dernière question concernant la coiffure ?

    CdLC : D’abord, il faut que je me mette en colère. Arrêtez de cacher vos cheveux sales sous les perruques ! Ça ne va pas du tout ! Avec Eden Shoulders (traduit par « Le Paradis du cheveu »), à vous les cheveux longs et frisés à la pointe de la mode !

    LM : Merci Christina pour tous ces conseils avisés.

    Chères lectrices, vous êtes maintenant prêtes pour l'hiver et à la pointe de la mode !

     Chroniqueuses mode Chanèle R.T. et Kelli M.

    Illustration : Dessin satirique (La mode sous tous les angles) / Maxime M.